ITyPA 2e semaine: à la découverte de ScoopIt

Ma participation à ITyPA m’a fait découvrir ScoopIt. J’ai ouvert un compte et j’ai tâtonné. Le

Tutoriel Scoop-it, votre outil de veille et curation

m’a fait découvrir des possibilités de partage qui correspondent à mes besoins. C’est facile de partager un post sur

  • Twitter en configurant les options de partage
  • et sur Google+ en passant la souris sur un post et en activant le bouton « share »

ITyPA deuxième semaine

Voici quelques réflexions à propos de ma participation à ITyPA:

  1. La motivation: il faut une motivation très élevée pour y rester actif. Je comprends pourquoi seuls 10% des inscrits parviennent à terminer avec fruit un MOOC institutionnel. Je pourrais probablement découvrir seules les ressources proposées, mais beaucoup plus lentement.
  2. La curiosité: c’est surtout pour comprendre comment fonctionnait un MOOC que je me suis inscrite à celui-ci. J’ai entendu parler des MOOC à travers Keith Devlin qui en anime un pour COURSERA.
  3. Les maladresses et l’inconfort: C’est la deuxième fois que je perds un post dans mon blog et cela m’énerve. J’espère arriver à publier celui-ci. Je ne suis pas « native » de l’informatique, j’utilise plutôt la force brute que l’élégance et je suis comme le petit enfant qui utilise la tortue logo avec des rotions de 30° uniquement.
  4. Les pré-requis: je ne crois pas qu’un grand débutant puisse bénéficier d’un MOOC de manière efficace. Si on n’a pas une maîtrise minimum d’Internet on coule. Je me situe entre les amateurs débutants et les amateurs éclairés.
  5. Les outils: ceux que je connaissais: Google Reader découvert il y a longtemps par la vidéo proposée par ITyPA et compagnon quotidien de mes découvertes, Zotero découvert fortuitement lors d’une conversation de couloir et compagnon de toutes mes recherches bibliographiques, Twitter découvert récemment après avoir lu le billet d’un blogueur dont j’appréciais les posts, les cartes heuristiques que j’ai abordé de manière volontariste pour convaincre mes enfants que c’était un bon outil pour rédiger un mémoire. Grâce à ITyPA, j’ai découvert un nouvel outil qui me convient bien Scoopit.
  6. Les réseaux sociaux: ma grande faiblesse et un handicap certain dans un MOOC connectiviste. J’ai quitté Facebook pour ne plus y revenir. J’ai perçu FB comme un salon exhibitionniste voyeuriste. Je suis active sur Google+ où je partage mes intérêts (les maths) avec d’autres « amis des maths ». Je suis consommatrice de nouvelles scientifiques sur Twitter. J’ai un compte LinkedIn que je n’utilise presque jamais.

Contact: Twitter @CharlotteBoucka, Google+ +Charlotte Bouckaert

Premières impressions après le premier « cours » ITyPA

J’ai écouté la présentation ITyPA et j’ai été décontenancée, sans doute parce que je suis d’une génération habituée à suivre et à produire des exposés structurés et bien charpentés et que je n’ai rien trouvé de pareil.

J’ai donc décider de cerner un peu mieux les raisons pour lesquelles je me suis inscrite à ce MOOC.

Je suis prof de math à la retraite et j’alimente le site web de l’Unité de Recherche sur l’Enseignement des Mathématiques UREM à l’Université Libre de Bruxelles:

L’adresse de ce site est http://dev.ulb.ac.be/urem/

Je suis à la recherche d’informations mathématiques généralistes. Je les trouve via Google Reader, Google+ et Twitter. Je suis tout à fait novice en Twitter. Je sens bien que c’est là que les choses bougent mais je n’ai pas encore bien compris comment cela fonctionne. Je suis à la recherche de contacts actifs en Belgique francophone et j’espère devenir plus efficace dans le réseautage grâce au cours ITyPA