ITyPA 2e semaine: à la découverte de ScoopIt

Ma participation à ITyPA m’a fait découvrir ScoopIt. J’ai ouvert un compte et j’ai tâtonné. Le

Tutoriel Scoop-it, votre outil de veille et curation

m’a fait découvrir des possibilités de partage qui correspondent à mes besoins. C’est facile de partager un post sur

  • Twitter en configurant les options de partage
  • et sur Google+ en passant la souris sur un post et en activant le bouton "share"

Organisation de la 2e semaine

See on Scoop.itITyPA première approche

Voici une petite carte heuristique pour organiser mes objectifs de la semaine : https://www.dropbox.com/s/swz9fdcnkax8e6a/Organisation%20de%20la%202e%20semaine.jpg . Pour la faire, j’ai utilisé Bubbl.us https://bubbl.us/ . Pas super pour partager… Du coup, j’ai utilisé la fonction "Partager le lien" de ma Dropbox, mais j’ai l’impression de m’être compliqué la vie au maximum. Pour la prochaine mindmap que je ferai, j’utiliserai autre chose !

 

 

Concernant la conception de mon EAP, je vais explorer 2 voies.

 

MONTER DE A A Z UN ENVIRONNEMENT : dans le domaine de l’accompagnement de demandeurs d’emploi. Je suis bénévole à "Solidarités nouvelles face au chômage" http://snc.asso.fr/ depuis 4 ans et, même si j’ai bénéficié de nombreuses heures de formation, j’ai encore beaucoup de choses à apprendre, surtout dans le domaine de l’écoute et de la technique d’entretien (mais aussi dans les domaines des politiques publiques et des techniques de recherche d’emploi). Mis à part le site web de l’association, je pense n’avoir aucun repère sur le web dans ces domaines-là.

 

AMELIORER ET STRUCTURER UN ENVIRONNEMENT DEJA EXISTANT : en tant que documentaliste assez enthousiaste dans son travail au quotidien, j’ai déjà un usage actif de certains outils ainsi qu’une certaine connaissance des personnes et organismes ressources dans les domaines de l’info-doc, des TICE, de la pédagogie, de la culture numérique… Mais mon activité de veille souffre d’un manque d’organisation et pourrait être rendue plus efficace, je ne sais pas encore trop dans quel sens ni comment… Peut-être d’abord faire un point sur mes besoins et voir si les outils que j’utilise y correspondent… ITyPa est justement l’occasion de prendre ce recul

 

Enfin, il faut que je m’insère un peu plus dans la communauté des moockitos et que j’arrive à vaincre mes réticences à mettre du contenu en ligne.

Ce que les nouvelles façons d’apprendre changent pour les formateurs

See on Scoop.itITyPA première approche

Les apprentissages informels occupent le plus clair de notre vie. Comparés aux apprentissages formels ils représentent la majorité de nos acquisitions. Certains chercheurs comme Tough avance même le chiffre de 80%. Par apprentissage informel nous entendons les apprentissages incidents, buissonniers, en marge des cours officiels, les rencontres, les aléas, les incidents qui nous procurent des découvertes. Les apprentissages réalisés à l’occasion d’autres activités. Toute forme de socialisation. Dans une « économie de la connaissance » les apprentissages formels sont soit très monétisés, c’est l’effet des « marques éducatives » des grandes écoles et universités, soit démonétisés c’est ce qui se produit avec plus de 120 000 décrocheurs tous les ans. Plusieurs phénomènes viennent transformer les rapports aux savoirs tant de la part de ceux qui apprennent que de ceux qui ont pour vocation d’enseigner. Les phénomènes se conjuguent et agissent les uns sur les autres contribuant à bouleverser les situations d’apprentissages. Ils placent la lumière sur les apprentissages informels.

See on 4cristol.over-blog.com

ITyPA deuxième semaine

Voici quelques réflexions à propos de ma participation à ITyPA:

  1. La motivation: il faut une motivation très élevée pour y rester actif. Je comprends pourquoi seuls 10% des inscrits parviennent à terminer avec fruit un MOOC institutionnel. Je pourrais probablement découvrir seules les ressources proposées, mais beaucoup plus lentement.
  2. La curiosité: c’est surtout pour comprendre comment fonctionnait un MOOC que je me suis inscrite à celui-ci. J’ai entendu parler des MOOC à travers Keith Devlin qui en anime un pour COURSERA.
  3. Les maladresses et l’inconfort: C’est la deuxième fois que je perds un post dans mon blog et cela m’énerve. J’espère arriver à publier celui-ci. Je ne suis pas "native" de l’informatique, j’utilise plutôt la force brute que l’élégance et je suis comme le petit enfant qui utilise la tortue logo avec des rotions de 30° uniquement.
  4. Les pré-requis: je ne crois pas qu’un grand débutant puisse bénéficier d’un MOOC de manière efficace. Si on n’a pas une maîtrise minimum d’Internet on coule. Je me situe entre les amateurs débutants et les amateurs éclairés.
  5. Les outils: ceux que je connaissais: Google Reader découvert il y a longtemps par la vidéo proposée par ITyPA et compagnon quotidien de mes découvertes, Zotero découvert fortuitement lors d’une conversation de couloir et compagnon de toutes mes recherches bibliographiques, Twitter découvert récemment après avoir lu le billet d’un blogueur dont j’appréciais les posts, les cartes heuristiques que j’ai abordé de manière volontariste pour convaincre mes enfants que c’était un bon outil pour rédiger un mémoire. Grâce à ITyPA, j’ai découvert un nouvel outil qui me convient bien Scoopit.
  6. Les réseaux sociaux: ma grande faiblesse et un handicap certain dans un MOOC connectiviste. J’ai quitté Facebook pour ne plus y revenir. J’ai perçu FB comme un salon exhibitionniste voyeuriste. Je suis active sur Google+ où je partage mes intérêts (les maths) avec d’autres "amis des maths". Je suis consommatrice de nouvelles scientifiques sur Twitter. J’ai un compte LinkedIn que je n’utilise presque jamais.

Contact: Twitter @CharlotteBoucka, Google+ +Charlotte Bouckaert

Deux nouveaux outils: le blog et scoop.it

Ça y est. Je me lance. J’ai décidé de participer activement à ITyPA, tant pour comprendre comment ce MOOC fonctionne, que pour y apprendre quelque chose. Heureusement que la Newsletter a donné quelques pistes pour se jeter à l’eau. Merci aux participants chevronnés de partager leur expérience. D’habitude je navigue en solitaire sur le net, mais dans le cas d’ITyPA, je me rends compte de l’intérêt d’avoir des coéquipiers. J’ajoute donc du contenu.

  1. Pour cela j’ai créé ce blog. Cela fait des années que j’alimente le site web de l’UREM et que je suis devenue relativement efficace. Je sais éditer un article, mettre une photo, une vidéo, un lien. Mais le site de l’UREM est pour moi comme une maison que j’habite, que je meuble à loisir mais que je n’ai pas construite et dont je suis incapable de repeindre la façade. Le blog de WordPress, par contre, m’investit de responsabilités nouvelles. Il faut faire des réglages et je me sens particulièrement maladroite.
  2. J’ai lu dans la Newsletter que certains participants utilisaient scoop.it et j’ai voulu voir ce que c’était. J’ai découvert que je fais une "veille" sans le savoir depuis des années sur Google Reader depuis longtemps et Twitter depuis très peu de temps. J’ai découvert le mot "Curation" (quel horrible mot en français) et j’ai essayé scoop.it avec autant de maladresse.